19 juillet 2024
Mes réflexions à partir de La Bible

Psaume 32 (2)

« Je t’instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre ; Je te conseillerai, j’aurai le regard sur toi. »

Il est intéressant (et fort utile) de revenir à la lecture globale de ce psaume pour comprendre cette promesse.

David commence par le cri de son cœur « Heureux, celui à qui le péché est pardonné », comme si cet état de fait était LE DEPART possible pour l’accomplissement de la promesse annoncée dans le verset 8.

David confesse alors qu’il y a eu un temps où il s’est tu (comme terré dans son péché).

Au v. 5, il témoigne de sa démarche qui lui a permis de voir son péché effacé.

Au v. 6, il atteste que suite à la prière de repentance, l’assurance de ne pas être atteint par « de grandes eaux débordantes » lui est acquise…

Suit au v. 7, sa confession de foi, sa proclamation de la protection et de la délivrance divine…

Vient alors le v. 8 avec la réponse de l’Eternel « Je t’instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre ; Je te conseillerai, j’aurai le regard sur toi. »

Pour terminer ce psaume, David invite à la sagesse, à l’intelligence qui conduit à la confiance en l’Eternel qui environne de sa Grâce ceux qui se confient en LUI.

Et la conclusion en explosion de joie, d’allégresse pour  vous tous qui êtes droits de coeur !

32:1 –  Heureux celui à qui la transgression est remise, A qui le péché est pardonné !

32:2 – Heureux l’homme à qui l’Éternel n’impute pas d’iniquité, et dans l’esprit duquel il n’y a point de fraude !

32:3 – Tant que je me suis tu, mes os se consumaient, je gémissais toute la journée ;

32:4 – Car nuit et jour ta main s’appesantissait sur moi, ma vigueur n’était plus que sécheresse, comme celle de l’été. -Pause.

32:5 – Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité ; j’ai dit : j’avouerai mes transgressions à l’Éternel ! Et tu as effacé la peine de mon péché.

32:6 – Qu’ainsi tout homme pieux te prie au temps convenable ! Si de grandes eaux débordent, elles ne l’atteindront nullement.

32:7 – Tu es un asile pour moi, tu me garantis de la détresse, tu m’entoures de chants de délivrance.

32:8 – Je t’instruirai et te montrerai la voie que tu dois suivre ; je te conseillerai, j’aurai le regard sur toi.

32:9 – Ne soyez pas comme un cheval ou un mulet sans intelligence ; on les bride avec un frein et un mors, dont on les pare, afin qu’ils ne s’approchent point de toi.

32:10 – Beaucoup de douleurs sont la part du méchant, mais celui qui se confie en l’Éternel est environné de sa grâce.

32:11 – Justes, réjouissez-vous en l’Éternel et soyez dans l’allégresse ! Poussez des cris de joie, vous tous qui êtes droits de coeur !

Seigneur, merci pour TA Parole qui est vraiment une Lampe à mes pieds qui me ramène sans cesse sur le chemin de la repentance, de la confiance et de l’assurance qui m’entraîne dans un chant de reconnaissance !

Dimanche 1er février 2009, 02h25/mb

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *